image_clinique_juridique

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

image_bemba-katumbi

« Le retour des exilés politiques devrait être une priorité pour le Président Felix Tshisekedi »

Lubumbashi, le 15/04/2019, Le Centre pour la Justice et la Réconciliation (CJR), JUSTICIA Asbl et Mama Ni Mama, toutes, des organisations de promotion et de protection des droits humains basées a Lubumbashi en République démocratique du Congo saluent l’engagement du Président Felix Tshisekedi d’oeuvrer pour la mise en oeuvre intégrale de l’accord de la Saint Sylvestre. C’est dans ce sens que plusieurs mesures ont été prises, notamment la libération des prisonniers politiques et emblématiques, comme DIOMI DONGALA, Franck DIONGO, Firmin YANGAMBi, etc. La facilitation de l’octroi des passeports biométriques à Moise Katumbi et Jean Claude Muyambo.

Malgré ces avances significatives, d’autres mesures importantes restent à prendre pour faciliter le retour des exilés politiques et abandonner les poursuites politiquement motivées contre des exilés politiques.

Les organisations signataires notent qu’il existe encore au sein des institutions congolaises des animateurs qui ne sont pas disposés à faciliter ce retour. L’opinion se souvient encore de l’arrêté ministériel n°109/Cab/ME/MIN/J&GS du 20 Mars 2019 portant mesures de libération conditionnelle. Dans cet arrêté très controversé, le ministre y annonce des mesures « très conditionnelles » qui trahissent les motivations politiques à la base de l’arrestation de Monsieur DIOMI en ce qu’il ne puisse « se livrer à des déclarations et activités politiques de nature à troubler l’ordre public et le bon fonctionnement des institutions étatiques ».

Dans le même sens, des informations concordantes renseignent que des pressions sont continuellement exercées sur les juges appelés à connaitre au degré d’appel l’affaire Moise Katumbi contre Stoupis.

Le Président de la république devrait donc veiller à ne pas intégrer dans le prochain Gouvernement des personnalités congolaises opposées à sa vision de reconstruction du pays. Ces personnalités obéissant à l’ordre politique et institutionnel passé ne l’aideraient pas à la restauration d’un Etat de droit, par ricochet d’une justice à l’abri des manipulations politiciennes et partisanes.

Les organisations signataires encouragent vivement le Président de la République à poursuivre les efforts en vue de l’abandon des poursuites politiquement motivées contre les opposants en exil et faciliter leur retour au pays.

Contact Presse :
Maître Freddy KITOKO. Directeur exécutif du CJR
Tél : +243818153407, fkitoko@gmail.com 

Maître Timothée MBUYA, Président de Justicia ASBL
Tél : +243 994075131, timmbuya11@gmail.com  

Les organisations signataires :
1. Centre pour la Justice et la Réconciliation
2. JUSTICIA Asbl
3. Mama Ni Mama

Télécharger le communiqué

Me Jonas

Follow the author on         or visit   Personal Blog